Découvrez Le Liban
Accueil > Découvrez Le Liban > Principales villes

Beiteddine

 

Sur l’autoroute du Sud, à 17 Kilomètres de Beyrouth et à moins de 3 kilomètres au delà du bourg de Damour, la route grimpe rapidement les 26 kilomètres qui longent le cours du fleuve Damour pour atteindre Beit ed-Dine, à quelques 850 mètres d’altitude. La route traverse le bourg de Deir el-Qamar, (le couvent de la Lune), situé à cinq kilomètres de Beit ed-Dine. C’est de cet endroit que l’on peut s’offrir la vue la plus spectaculaire du Palais de Beit ed-Dine et de ses environs. Ce complexe palatial, construit par l’émir Béchir II Chéhab qui a gouverné le Mont Liban durant près d’un demi siècle, constitue l’exemple type de l’architecture libanaise du 19ème siècle. Sa construction s’est étendue sur plus de trente ans.

UN SURVOL HISTORIQUE :

Depuis le Moyen Age, les diverses régions du Liban constituaient autant de fiefs gouvernés par des émirs ou des cheikhs héréditaires. Au début du 17ème siècle, l’un d’entre eux, de la famille Maan, l’émir Fakhr ed-Dine II ( mort en 1635), réussit à dominer les autres familles féodales et à étendre son pouvoir jusqu’à contrôler la presque totalité du territoire qui constitue le Liban actuel. La première capitale de Fakhr ed-Dine était Baaqline. Mais cette localité souffrait de problèmes chroniques d’approvisionnement en eau, aussi l’émir se vit-il forcé de la quitter pour Deir el-Qamar qui était mieux pourvue en sources. Après l’extinction de la dynastie Maanide, vers la fin du 17 ème siècle, leur territoire passe aux mains de leurs parents et successeurs de la famille Chéhab. Et ce fut l’un d’eux, l’émir Béchir II Chéhab qui décida de quitter Deir el-Qamar pour se faire construire son propre palais à Beit ed-Dine, (la maison de la Foi), un ermitage druze qui fait aujourd’hui partie du palais. Pour approvisionner en eau sa nouvelle résidence, l’émir eut recours en 1812 à la corvée en obligeant ses sujets à fournir, chacun, deux journées de travail gratuit par an. La canalisation fut terminée en deux ans et nécessita 80000 journées de travail.

Le palais demeura la résidence de l’Emir et de son gouvernement jusqu’en 1840, date de son exil. Après que les Ottomans eurent décrété la suppression de l’Emirat en 1842, le palais devint le siège des gouverneurs ottomans puis des Mutasarrifs du Mont-Liban qui l’occupèrent entre 1860 et 1915. Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, les autorités du Mandat français y logèrent certains de leurs services administratifs.

VISITE DU PALAIS :

Dar al-Barraniyyeh, « les appartements publics »

A l’approche du palais se trouve un vaste parking d’où l’on a une excellente vue sur les bâtiments et leurs substructures. Une porte monumentale donne accès à un long corridor voûté qui mène au Midan, une cour rectangulaire de 107 x 45 mètres dans laquelle se rassemblaient les cavaliers, les courtisans et les visiteurs et où se déroulaient les grandes festivités. C’est aussi de là que l’émir partait solennellement pour la chasse ou la guerre. Le bâtiment de l’entrée contient un Musée, inauguré le 1er Mai 1991, regroupant des photographies, manuscrits et documents relatifs à l’histoire de Kamal Joumblat, ancien député, ancien ministre et leader druze. Le long côté du Midan est occupé par un bâtiment, la Madafa, réservé à l’origine aux hôtes du Palais. Son rez-de-chaussée servait d’écuries et son étage était occupé par des chambres qui s’ouvrent sous un portique sur le Midan. Selon les règles de l’hospitalité libanaise, il était en effet d’usage d’y recevoir les voyageurs pour une durée de trois jours sans même les interroger sur leur identité.

Un escalier conduit à l’étage qui avait été entièrement restauré en 1945 sur la base d’anciens documents et qui abritait avant la guerre du Liban un important Musée du Liban féodal, transformé aujourd’hui en Musée archéologique et ethnographique Rachid Karamé. On y trouve une importante collection de poteries des Ages de Bronze et de Fer, des verres d’époque romaine, des bijoux en or, des sarcophages romains en plomb et des poteries glaçures islamiques. Dans la première salle est exposée une maquette du Palais qui permet au visiteur de se faire une idée d’ensemble des dimensions et de l’organisation du complexe palatial. D’autres salles sont par contre réservées à des objets de valeur ethnographique, tels que des costumes de l’époque féodale et une importante collection d’armes anciennes et modernes.

Consulat Général du Liban
                 à MARSEILLE

Tel : 04 91 71 50 60


Fax : 04 91 77 26 75

Email : consuliban.marseille@gmail.com   

Horaires du consulat

Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 15h00

Ouverture au public de 9h00 à 13h00

 

LebFinder

Le guide numérique des entreprises libanaises dans le Sud de la France.

Copyright Consulat Général du Liban 2024 ©. Tous droits réservés